Interview Garry Bocaly
L’Interview
“amour du maillot”
Saison 2 / épisode 2
Champion de France avec Montpellier en 2012, formé à l'OM, Garry Bocaly a malheureusement dû
mettre un terme à sa carrière prématurément, la faute à une vilaine blessure à la hanche. Mais
le Martiniquais préfère voir le positif, comme les beaux maillots qu'il a pu récolter lors de ses
quelques saisons en Ligue 1.
«Mon plus beau souvenir d'échange de maillot
c'est lorsque Mamadou Niang m'a donné son maillot.
J'étais encore
stagiaire pro à l'OM
et il m'avait pris un peu sous son aile
»
Espace foot : Le maillot fétiche
que t'avais quand t'étais petit ?
Garry Bocaly : Mon premier maillot, c'est celui de l'Ajax d'Amsterdam, alors qu'ils venaient tout juste de gagner la Ligue des champions, je n'avais pas encore 10 ans. C'était vraiment une tenue emblématique dans le foot, j'en étais très content. D'ailleurs, depuis, j'ai toujours suivi les résultats de ce club.
Interview Garry Bocaly
EF : Celui que t'as toujours voulu avoir et que t'as jamais eu ?
GB : J'ai été gâté depuis toutes ces années. Mais celui que j'aurais trop aimé avoir, c'est celui de Jay-Jay Okocha. Avant lui, mon idole, c'était Ronaldo, mais j'avais un faux maillot de lui du Brésil, ça allait. Okocha, quand je l'ai vu faire ses gestes à son arrivée en France, je suis devenu dingue. Juste du joueur hein, pas de son club. J'ai suffisamment de cousins qui supportent le PSG comme ça... 
EF : Ton plus bel échange de maillot ?
GB : Ce n'est pas vraiment un échange
avec un adversaire, ça va sembler bizarre,
mais mon plus beau souvenir à ce niveau-là,
c'est lorsque Mamadou Niang m'a donné son maillot.
J'étais encore stagiaire pro à l'OM et il m'avait pris un peu sous son aile. À la fin d'un match au Vélodrome, j'étais donc allé lui demander son maillot et il me l'avait filé. Ce maillot, je l'ai toujours avec moi en Martinique. Niang, c'était vraiment exceptionnel à l'OM, c'est un mec qui a mis 100 buts avec le club. Et il était vraiment cool avec les jeunes. Il jouait au grand frère, mais pas à l'expérimenté qui te rabaisse devant tout le monde.  Interview Garry Bocaly
EF : Le maillot que tu ne porteras jamais ?
GB : Le maillot du PSG, évidemment, mais surtout celui du Nîmes Olympique. La dernière fois que j'ai joué là-bas, avec Arles-Avignon donc, j'ai même eu droit à un guet-apens ! C'est toujours très chaud en tant qu'ancien Montpelliérain, tu passes ton temps à te faire siffler, mais là c'était carrément le niveau au-dessus. Heureusement, j'ai pu me faufiler. 
Interview Garry Bocaly
EF : Le maillot que tu serais capable
d'offrir à ta meuf à Noël ?
GB : Le maillot de l'OM. Je l'ai déjà fait en plus. J'avais offert à ma copine un maillot de l'OM parce qu'elle était fan de ce club. J'étais déjà au club mais pas encore professionnel, alors j'ai fait comme tout le monde, je suis allé à la boutique, j'ai fait la queue, et j'ai payé !
EF : Le maillot le plus moche que t'ais eu ?
GB : La facilité, c'est de parler de celui de Libourne. C'était un petit club, on était en Ligue 2, il y avait plein de sponsors. Mais la première année où je suis à Montpellier, on est également en Ligue 2 et le maillot n'était pas terrible : il était tout rouge. Par rapport à tout ce qu'on a eu les années d'après, il n'y a pas photo.
Interview Garry Bocaly
Espace Foot : La dernière fois que t'as flashé sur un maillot,
que tu t'es dit que c'était pas mal?
Garry Bocaly : C'est marrant parce que je me suis vraiment dit ça, il y a quelque temps avec le maillot extérieur de Chelsea. Noir avec des bandes grises et jaunes fluo. Je suis même allé sur Internet pour le voir plus en détail. Interview Garry Bocaly